Notre vision

Matthieu Urban et Mickaël Gandecki, fondateurs de Myfood

L’histoire commence en 2015 par une prise de conscience aigüe pendant les débats animés de la COP21. 

Nous nous sommes demandé :

Pourquoi nous a-t-on parlé d’une révolution verte, pour finalement transformer nos terres maraichères en usines à maïs pour l’industrie, les biocarburants ou la méthanisation ?

Comment prendre mon vélo en été et circuler dans la campagne sans m’étouffer par les émanations des épandages ?

Que se passe-t-il dans nos champs si on arrête de mettre des engrais azotés gaziers ou des engrais minéraux venant d’extraction lourde ?

Les légumes bio ont-ils vraiment besoin d’être emballé dans du plastique pour ensuite faire le tour de l’Europe, passer par Rungis et continuer vers les régions ?

Ou bien encore, peut-il se passer une semaine sans un scandale alimentaire ou un rappel conso dans les rayons des supermarchés ?

Une vision prophétique ?

La succession des crises récentes (covid, Ukraine, inflation) n’a fait que confirmer nos intuitions initiales. De manière évidente, le modèle agro-agri a atteint un niveau de fragilité sans précédent. Il est devenu critique de rebâtir la résilience et l’autonomie alimentaire de nos territoires.

Notre réflexion s’est portée sur la recherche d’un changement à grande échelle. En effet, nous sommes à une ère où émergent des opportunités de société et technologiques. Développement de l’open source, révolution digitale, innovations agronomiques dans la permaculture et l’aquaponie, internet des objets, etc.).

En lançant le projet communautaire open source myfood, nous avons voulu redonner à des citoyens pionniers du monde entier les moyens de retrouver l’autonomie alimentaire. Ceci à travers la démocratisation d’un outil innovant d’autoproduction alimentaire : une serre innovante autonome.

Nous sommes convaincus que le modèle actuel peut se rééquilibrer par la décentralisation. Notre vision est qu’il est nécessaire de vaincre les obstacles de l’agriculture personnelle : le manque de connaissance, de temps et de place ; les aléas climatiques et de sol ; le manque d’eau ; les nuisibles, etc.

Aujourd’hui, notre plus grande récompense c’est de voir les résultats de récoltes des familles qui exploitent leur serre. Et au passage, c’est réussir à fédérer une équipe et un écosystème d’entreprise basé sur nos valeurs de transparence, de simplicité et de responsabilité.